Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2012

Bretons, Britanniques et Irlandais se souviennent du 28 mars 1942

Le mercredi 28 mars 2012, le CREDIB et l'Institut Culturel de Bretagne ont organisé une cérémonie d'hommage aux braves de l'Opération Chariot. Ils arrivèrent de Grande-Bretagne par la mer et sacrifièrent leur vie pour notre liberté.

Breton & British.JPG

A 10h du matin, un groupe d'une soixantaine de personnes s'est recueilli devant le Vieux Môle qui symbolise le sacrifice des Britanniques et de leurs alliés. C'est en voulant prend pied en terre bretonne à cet endroit du port de Saint-Nazaire que commandos et marins eurent le plus de pertes humaines. De nombreux Britanniques et Irlandais s'étaient joints aux Nazairiens pour saluer leur mémoire à l'occasion du 70e anniversaire du raid britannique. La prestation des sonneurs du Pouliguen, Jean-Paul Le Strat et Georges Le Corre, a été particulièrement appréciée par nos amis d'outre Manche. Après une minute de silence, un bouquet de genêts, symbole de la terre de Bretagne, a été jeté dans les eaux tumultueuses de l'estuaire de la Loire. C'est une petite fille de Skol Diwan Sant-Nazer qui avait été choisie pour ce geste symbolique dans l'esprit d'un passage de génération pour garder vivant l'esprit des combatants courageux de l'Opération Chariot. Ce moment était particulièrement chargé d'émotion pour les Britanniques et Irlandais présents, spécialement pour les proches du Gallois Morgan Jenkins et de l'Ecossais Tom Mc Cormack.

Mole kozh.jpg

Avant de rejoindre la cérémonie officielle, le CREDIB a demandé que la Ville de Sant-Nazer/ Saint-Nazaire travaille à l'élaboration d'un parcours d'interprétation sur les lieux du raid pour faire connaître ce haut fait de la Deuxième guerre mondiale. A lire le dossier très documenté de Hubert Chémereau dans la revue ArMen de mars.

MAQ ARMEN 187 copie.JPGNous n'oublions pas les Bretons qui aidèrent à la réussite de ce raid audacieux grâce aux renseignements qu'ils transmirent aux Britanniques, à commencer par le fondateur des Seiz Breur, l'artiste et ethnologue René-Yves Creston qui monta un réseau de renseignement dès 1940 avec d'autres militants bretons de Saint-Nazaire/Sant-Nazer.

01/11/2011

John Scott & Co of Penhoet

 Il y a 150 ans, le 24 octobre 1861, était signé un accord entre l'ingénieur écossais John Scott et la Compagnie Générale Transatlantique (C.G.T.) pour la création d'un chantier navale ultra moderne en Bretagne. Dans le numéro d'octobre 2011 du magazine Le Chasse Marée, Hubert Chémereau conte cette histoire dans un long article magnifiquement illustré avec en particulier des photographies inédites confiées à l'auteur par Nigel Willis, l'arrière-petit fils de John Scott.

John Scott Greenock.jpg

Collection Nigel Willis

Les premiers paquebots en fer « Made in Brittany » sortirons des cales du chantier de Penhoet à Saint-Nazaire en 1864. Le Chasse Marée publie pour l'occasion la seule et unique photographie connue du chantier Scott de Penhoet. On est saisi par la rapidité de la mise en route du chantier quand on découvre cette photographie prise début 1863 par Jules Duclos où l'on voit un chantier en pleine activité avec déjà trois navires sur cales. L'auteur rappelle que ce photographe installé à Quimper s'était donné pour but de mettre en boîte les infrastructures et installations industrielles qui se multipliaient en ces années 1860 sur toute la côte sud bretonne. Le Musée de Bretagne de Rennes est propriétaire de ce témoignage exceptionnel de l'histoire nazairienne.

Pour les 300 ans des chantiers Scott de Greenock, le McLean Museum a présenté cet été une belle exposition retraçant l'histoire de la dynastie Scott, constructeur de navires.

Scotts Poster 2011 Linda.JPG

17/10/2011

Les liens Breizh – Cymru réaffirmés à Sant-Nazer

Le succès du colloque « Bretagne-Pays de Galles au cœur l'Arc Atlantique » organisé le 8 octobre dernier à Sant-Nazer par l'Institut Culturel de Bretagne (ICB) et le CREDIB montre une nouvelle fois qu'il existe une volonté populaire de renforcer les coopérations entre les deux nations brittoniques. La délégation galloise a pu mesurer lors de son séjour en terre bretonne que le pays nazairien était en pointe dans cette démarche avec le volontarisme de Trinieg / Trignac qui s'exprime à travers les initiatives de la Ville, du club de rugby et du collège, qui chacun dans leur domaine travaillent à développer des échanges avec le Pays de Galles.

ABP Table ronde St Nazer.JPGLe musée de la Marine en Bois du Brivet à Montoir-de-Bretagne et le musée de Pontypridd ont également l'intention de développer des échanges. La délégation galloise a pu découvrir au cours de la visite du musée que les marins de Brière furent très nombreux à partir des années 1850 à fréquenter les ports du sud gallois.

Gallois au Musée 7 Oct 2011.jpg

L'accueil chaleureux de nos amis gallois par les élus du Conseil général de Loire-Atlantique est à mettre en parallèle avec le peu de réactivité manifestée jusqu'ici par le conseil régional de la région de Rennes dite «Bretagne». Est-ce un hasard si en 1964 les Gallois souhaitèrent jumeler leur capitale Cardiff avec Naoned/Nantes qui était naturellement pour eux la capitale légitime de la Bretagne. Lors des échanges au cours du colloque il est clairement apparu que la partition de la Bretagne était un frein à une politique volontariste de coopération de la Bretagne avec le Pays de Galles. Les observateurs ont pu remarquer que ce grand moment d'échange britto-gallois a été soutenu financièrement par la Loire-Atlantique, les Villes de Sant-Nazer et Trignac et des acteurs du port nazairien ( MTTM et Cargill).

Cymru  Trinieg St Nazer 10 2011 006.jpg

L'ICB et le CREDIB ont l'intention de publier les actes du colloques de Sant-Nazer en 2012. Le colloque s'est terminé par un grand moment d'émotion avec l'hymne national commun aux Bretons et Gallois, chanté dans les deux langues : deux peuples frères se disaient Kenavo et à bientôt pour le “match” retour en Cymru.