Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2013

Première bretonne du film Turned towards the sun

Jeudi 28 mars, James Dorrian, scénariste et producteur de Turned towards the sun (Tourné vers le soleil)a présenté au public breton le documentaire réalisé par l'américain Greg Oliver sur la vie de Micky Burn, l'un des héros du Raid sur Saint-Nazaire (28 mars 1942). L'Irlandais James Dorrian qui est le biographe de ce personnage hors du commun, a profité du 71e anniversaire de l'Opération Chariot pour que la première de ce documentaire pour le continent européen est lieu à Saint-Nazaire. Devant une salle comble, James Dorrian a répondu avec son élégance naturelle aux nombreuses questions du public breton.

Micky affiche.jpeg

 La longue vie, absolument remarquable, de Micky Burn est décrite dans son autobiographie Turned towards the sun. Comme le rappelle son ami et biographe James Dorrian : « On a dit que, dans le temps où la plupart d'entre nous vit une vie, il en a vécu dix. Il a fait ses humanités à Oxford, et a été une jeune pousse brillante des années 30. Ses amis, amants et amantes, incluent Unity Mitford et l'espion soviétique Guy Burgess. En tant que correspondant du Times, il est vraisemblablement la seule personne encore vivante en 2010 a avoir rencontré à la fois Adolf Hitler et Franklin Roosevelt. Il a eu la Military Cross pour avoir commandé la troupe 6 du Commando 2 au cours de l'Opération Chariot, ce raid épique sur Saint Nazaire, où il fut fait prisonnier. Étant "invité du Reich", il fit fonctionner la radio secrète alliée dans le célèbre Oflag IV-C à Colditz. Là, ses conférences intenses sur la théorie marxiste furent une source constante d'irritation pour le Wing Commander Douglas Bader, prisonnier lui aussi. Ce dernier interdisait, mais sans succès, à ses officiers d'y assister, et il le surnomma "Micky le Rouge" ». Auteur prolifique, poète, raconteur d'histoires et plaisantin impénitent comme aimait à le qualifier son ami irlandais avait choisi à la sortie de la guerre de se ressourcer sur la cote nord galloise à Penrhyndeudraeth. Son grand ami et proche voisin était le philosophe et réformateur social Bertrand Russell.

 

DSC_0045.jpeg

James Dorrian (cravate rouge) répond au public breton en compagnie du traducteur Charles Nicol de la St.Nazaire Society 

Entre 2005 et 2010, l'équipe de tournage a suivi à intervalle régulier Micky Burn, de sa retraite galloise à Colditz en passant par Saint-Naraire. Des 350 heures de rush ont été tirés un documentaire très réussi de 100 minutes. La profondeur de la personnalité de Micky Burn est bien mise en valeur. La qualité de la photographie sublime les paysages sauvages du Gwynedd où le gentleman combattant avait pris racine. On retrouve cette qualité des prises de vues sur les lieux mêmes du raid britanniques avec des images fortement chargées d'émotion quand Micky marche sur la jeté du Vieux Môle. Son regard se perd dans les eaux de l'estuaire de la Loire où nombre de ses camarades laissèrent la vie. La dernière image du film montre Micky Burn marchant sur une plage galloise. Le vieux poète guerrier se retourne et envoie un baiser de la main aux spectateurs. Il s’éteindra quelques semaines plus tard à 97 ans, le 3 septembre 2010. Peu de temps avant sa mort, son ami irlandais écrivait : « Nous avons passé le samedi avec Micky Burn, qui a maintenant quitté l'hôpital et est soigné à domicile. Pour quelqu'un qui a eu une attaque, ses capacités intellectuelles demeurent stupéfiantes, et, à près de 98 ans, une mémoire des événements passés, et passés depuis longtemps ! qui nous rend penauds. Il passe beaucoup de temps dans son lit, et il faut dire qu'il y a quelque chose de tout à fait décadent, adapté à la situation, dans la manière qu'il a de donner des ordres dans sa position allongée - comme un Auguste des temps modernes réclamant le retour, non des légions perdues, mais de son autonomie physique. Je ne sais pas ce qu'il y a dans ces gars des Commandos : mais là où le commun des mortels en arrive à compter sur cachets et potions pour garder ensemble l'âme et le corps, eux jouent sur une espèce de refus catégorique, qui, au départ, à fait d'eux une élite. Dommage qu'on ne puisse pas mettre çà en bouteille : quel monde nous aurions alors... » Le gardien de la mémoire des commandos ne pouvait écrire plus bel hommage à l'Anglais de Penrhyndeudraeth ! James Dorrian expliqua à ses amis bretons que « Micky avait prévu en détails ses funérailles. Au cours du service, six d'entre nous rappelèrent son souvenir par un petit discours. Il était évidemment impossible de parler de Micky Burn sans évoquer toutes ses mésaventures en plomberie, en cuisine, et autres, de sorte que l'église résonnait de rires. Le service fut suivi d'une veillée de toute aussi bonne humeur à Castel Deudraeth ».

 

Comme Micky Burn, l'équipe du tournage est tombée sous le charme du nord gallois. De magnifiques images du Pays de Galles sont accompagnées par un long extrait du Bro Gozh ma Zadoù, hymne national commun aux Gallois et Bretons. Avec ces paroles en breton, clin d’œil ou signe en direction de la terre sœur de Cymru où Micky Burn joua son destin un certain 28 mars 1942. James Dorrian, qui ne pouvait répondre sur ce point de détail à la place du réalisateur retenu à New-York, nous précise : « Pour autant que je me rende compte, cet extrait musical concernait le Pays de Galles, bien que Micky lui-même aurait été très heureux d'y associer la Bretagne. Étant fondamentalement Anglais, c'était un vrai "bon Celte", comme l'a démontré son amour de la montagne, de la la mer, de la musique, de la poésie, etc... Je pense que c'est l'une des raisons pour lesquelles nous nous entendions si bien ». Suite à notre interrogation, Greg Oliver fit savoir que le choix de cette plage musicale «Welsh-Breton National Anthem» s'était porté sur un cœur gallois interprétant successivement les hymnes bretons et gallois. Pour le réalisateur ce morceau se marie à merveille à l'évocation du Pays de Galles (même si on entend en premier les paroles en breton).

James.JPG

James l'Irlandais avec ses frères bretons au Vieux Môle pour rendre hommage aux braves de l'Opération Chariot

Bande annonce de Turned towards the sun

http://www.youtube.com/watch?v=XAZk5GoW33A

11/11/2012

Sant-Nazer et la Brière

En raison de sa position géographique, Sant-Nazer / Saint-Nazaire est en partie entourée d'eau: l'Atlantique, l'estuaire de la Loire et la Brière. Si l'océan est toujours là, les berges de l'estuaire sont de plus en plus imperméabilisées et la Brière disparaît à vue d’œil dès que l'on approche du grand port breton. Avec la disparition des zones humides, bêtes noires des aménageurs, c'est aussi un paysage familier qui disparaît avec ses chaumières typiques, ses petits murs de pierre, ses animaux sauvages et les races domestiques autochtones.

Brière Sant-Nazer.jpg

Ces deux cartes postales nous montrent que la Brière avec son habitat et ses paysages si caractéristiques ont été durant des siècles intimement liée à Sant-Nazer. Au début du 20e siècle, le mouton breton et la Bretonne pie noire étaient des animaux communs en pays nazairien comme on peut le voir sur ces cartes postales. Le petit mouton noir, dit des Landes de Bretagne, réputé pour la saveur de sa viande, a été sauvé in extremis dans les îles de Brière (années 1970).

Brière moutons.jpg

En octobre 2012, le dernier fragment de la Brière qui venait mourir au pied de la gare SNCF devait succomber sous les pelles des engins publics pour faire place à un parking sur ordres des aménageurs, bras armé de la bureaucratie municipale qui ne voit aucun intérêt à la sauvegardes des zones humides - pourtant classées Natura 2 000 - aussi bien sur le plan environnemental que sur le plan de la compréhension du territoire nazairien.

DSCN1070.JPG

La Brière vient mourir à l'entrée de Sant-Nazer avant de succomber sous les griffes des bulldozers

DSCN2837.JPG

Le spectacle de désolation en octobre 2012

Les simulations d'un géographe montrent pourtant qu'avec le réchauffement climatique la nature reprendra ses droits...

12/09/2012

Le Lancastria, le Titanic breton oublié

tyrrhenia storing.jpg

 

Sous la plume de Hubert Chémereau on découvre dans le numéro de septembre de la revue ArMen l'histoire tragique du paquebot Lancastria.

 

LANCASTRIA ARMEN.jpg

ArMen consacre 8 pages à cette histoire très peu connue de la 2e Guerre mondiale en Bretagne.

Le naufrage le 17 juin 1940 au large de Sant-Nazer / Saint-Nazaire du liner de la Cunard est la plus grande catastrophe maritime britannique.

 

Lancastria survivants.jpg

Les rescapés du Lancastria secourus par le Highlander sont maculés de mazout. La tragédie qu'ils viennent de vivre se lit dans certains regards.

Beardmore yard 1913.jpg

En 1920, au moment de la construction du Lancastria, le chantier William Beardmore est le fleuron de l'industrie navale écossaise. Sur cette photographie prise en 1913 pour le départ du liner Alsatian les propriétaires de ce bel outil industriel n'imaginent pas que leur chantier va fermer ses portes en 1930, après seulement 25 ans d'existence.

 

Remerciements aux amis de la Clyde, William Kane et Ian Johnston pour les photos inédites du Lancastria en cours d'armement et du chantier William Beardmore.