Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2010

Le dragon et l'hermine dans Ar Men

 

Ar men.jpg
La revue Ar Men ouvre son numéro de mars 2010 sur les relations Bretagne – Pays de Galles. L'expérience trignacaise est abordée sous le titre « Du rugby au charbon ». Le rôle du CREDIB dans cette aventure humaine y est bien mis en lumière. Le 2 mars dernier l'exposition quadrilingue « Charbon gallois -Acier breton » a été inaugurée au Musée de Pontypridd en présence d'élus de Trignac et d'une délégation de membres du CREDIB et de l'Institut Culturel de Bretagne.
expo 1.JPG

Panneau d'introduction d'une exposition qui en compte 19 au total

 

Cymru Trinieg Pontypridd mars 2010 094.jpg

Le Musée gallois arborait les couleurs bretonnes en l'honneur de ses hôtes du sud Bretagne

 

11:43 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (0)

28/02/2010

Bretons & Sioux saluent Naoned

Notre ami de New -York City, François Maheux, qui est originaire du canton de Derval, nous a envoyé cette photo prise le vendredi 26 février devant le Coffee Shop Native Beans, 50 Avenue A, entre 3 & 4 Street,Alphabet City, Manhattan.

« A droite, tenant l'affiche, mon ami Tiokasin Ghosthorse, célèbre militant Sioux Lakota. Il soutient toutes les minorités opprimées! » Tiokasin anime une émission la radio des Amérindiens de la « Grosse Pomme »: www.firstvoicesindigenousradio.org

 

Fresque NYC.JPG

Face à la solidarité des peuples et à l'internationalisation de la question de l'unité de la Bretagne, la région bidon dite « Pays de Loire» ne fait pas le poids.

Des affiches de la fresque 44=BRETAGNE sur Manhattan

NYC bzh 44 2010 1.JPG
Victor, 9 ans, jeune Franco Americain Breton du 44 grandit a Manhattan mais passe ses vacances d'hiver et d'été chez ses grands parents de Loire Atlantique.


18:05 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/02/2010

Robert de Goulaine, fils de Bretagne

En ce mois de février 2010 Robert de Goulaine nous a quittés. Un certain 21 décembre 2006 les Nazairiens présents dans un pub de la ville pour assister à l'émission de France Culture « Travaux publics » animée par Jean Lebrun vont découvrir un être exquis. Robert de Goulaine ne cacha pas son plaisir d'être à Saint-Nazaire parmi une assemblée chaleureuse. Il fut ce soir-là excellent comme à son habitude. Le journaliste vedette de France Culture l'avait invité à cette soirée radiophonique pour nous parler de son ami Julien Gracq. Deux membres du CREDIB participaient aussi à l'émission : Hubert Chémereau et André Daniel.

 

RdeGoulaine1975CorcoueLogne.JPG

Robert de Goulaine dans les années 1970

Ordre des Chevaliers Bretvins avec l'aimable obligeance de Jean-Marie Loré grand Maître

Robert de Goulaine défendit avec ardeur la bretonnité du pays nantais et de ses ancêtres qui furent au service de l’ État Breton. Il fit remarquer qu’un blason se gagnait au combat alors que le sien est le fruit d’une action de paix. Avec un air malicieux il fit cette sortie : « Comme nous n'étions pas français mais bretons nous pûmes être médiateurs entre l'Angleterre et la France ». Le Malouin Jean Lebrun rieur et quelque peu complice réagit : « Ah ! on ne va pas encore parler de la Bretagne ». Notre cher marquis rappela que pour remercier les Goulaine pour leur rôle de médiateur au nom du duc de Bretagne, le roi d’Angleterre offrit le lion d’Angleterre. Pour ne pas être en reste le roi de France offrit alors la fleur de lys de son royaume. Robert remit une couche en parlant de son château «Au bout de l’allée, qui est longue, c’est la France car nous sommes en Bretagne ! »

 

ArmesGoulaineEgliseContraste-jpg (1).JPG

Les armes des Goulaine

Comme l'écrit un chroniqueur du Figaro : « Une soirée à Goulaine était une promesse de dépaysement. Une nuit durant, Robert pouvait raconter ses voyages en Mongolie, ses chasses en Espagne, ses déplacements en Amérique latine (où il allait chercher ses chers papillons)... À force d'énergie et de travaux, il releva une très vieille bâtisse bretonne au seul prétexte qu'elle portait son nom et transforma le château de Goulaine, au sud de Nantes, en un lieu culturel et touristique réputé. Il faisait volontiers les honneurs des lieux, racontant les exploits de ses ancêtres, précisant avec humour : J'en parle d'autant plus volontiers que je n'y suis pour rien . De ses voyages, il ramena l'idée d'installer dans son vieux château médiéval une serre aux papillons ».

Sa joie de vivre et son humour nous manqueront dans un monde qui en est trop souvent dépourvu. Kenavo Robert

Un autre aristocrate voyageur, fils d'Armorique comme lui: Yves de Kerguelen écrivit en d'autres temps « Je suis né breton. C'est à vous en particulier, Nation bretonne, que je dédie ce journal ». Son ouvrage avait été interdit par le roi de France. Pour la petite histoire c’est grâce aux Britanniques si l’archipel austral porte ce nom breton.

Julien Gracq, l’écrivain de la frontière

Comme l'émission de France Culture était consacrée à Julien Gracq qui avait les honneurs de la revue 303 (qui malgré ses grandes qualités est avant tout au service de la région artificielle dite « Pays de Loire ») Jean Lebrun fit remarquer: « Je ferai un reproche à 303. La Matière de Bretagne est très peu abordée alors qu’elle très présente dans l’œuvre de Gracq. La Matière de Bretagne qui est une référence universelle pas close dans une région administrative. »

Pour bien cerner l’écrivain-géographe angevin, Julien Gracq, on doit connaître son environnement géographique et historique de naissance. Il est né à Saint Florent le Vieil, dans ce territoire de marche, no man’s land durant des siècles entre Francs et Bretons (le traité d’Angers en 851 fixe les limites de la Bretagne qui ne bougeront pas avec la création des départements) puis entre le Duché de Bretagne et le Royaume de France.

La Loire s’inscrit jusqu’à la fin de l’indépendance bretonne (traité d’union franco-breton de 1532) dans le dispositif de défense de l’Etat breton, de Clisson à Fougères. Ainsi, en face de Champtoceaux si cher à Julien Gracq, sur la rive bretonne on trouve la haute tour octogonale du château d’Oudon (XIVe siècle), emplacement stratégique de défense de l’État breton.

Non loin du lieu où est né le poète angevin se trouvait la fameuse « Pierre de Bretagne » plantée au milieu de la Loire pour matérialiser la frontière franco-bretonne. Ce totem celtique qui résista durant près d’un millénaire fut détruit avec la fin des Libertés Bretonnes au moment de la Révolution française. Ici commence la Loire bretonne qui devient estuaire du coté du pont Anne de Bretagne à Nantes. L’estuaire de la Loire, comme le rappelle André Daniel était appelé par les marins bretons « la rivière de Nantes », signifiant combien cet espace nautique était différent du fleuve avec sa dimension maritime. Julien Gracq dans ses écrits sur Saint-Nazaire parle de la boue de l’estuaire qui le différencie de sa Loire « la rivière lumineuse et molle de Touraine ».

19:17 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (0)