Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2014

La Duchesse Anne et Sant-Nazer/Saint-Nazaire

Le nom de la dernière souveraine de Bretagne reste très attaché à la cité navale. Il faut savoir que la vicomté de Saint-Nazaire a été créée en 1423 par le démembrement de la vicomté de Donges. On découvre au fil de la consultation des archives conservées au Centre de Documentation de la Ville des documents anciens allant du 15e au 18 e siècle. A l'image de la dernière souveraine des Bretons on découvre des femmes de caractère comme ces vicomtesses qui ne s'en laissent pas compter. Le droits breton (contrairement au droit français) qui sera supprimé par la Révolution bourgeoise de 1789 donnait des droits égaux aux femmes nobles dans la transmission des biens et du pouvoir.

Une charte de Maximilien d'Autriche et de la Duchesse de Bretagne

Anne_EE01_02_001_L.JPG

Le système complexe de l'organisation du territoire nazairien, qui englobe alors une partie de la future commune de Pornichet, est très représentatif de l'organisation humaine de la Bretagne d'alors avec le recteur, le Général de paroisse et les frairies. Dans les archives on découvre le conflit qui a longtemps opposé Saint-Nazaire et Guérande concernant le refus de la paroisse nazairienne de participer aux frais de réparation des fortifications des remparts guérandais. Parmi les documents sauvegardés, la charte du duc de Bretagne Pierre II datant de 1454, entérinant l’exonération de Saint-Nazaire. Anne de Bretagne va conforter les Nazairiens dans leurs droits en 1489 et 1491 par des chartes dont celle, en date du 16 avril 1491, signée par « Maximilian et Anne, par la grâce de Dieu, roi et reine des Romains, ducs de Bretagne, etc. ». À l’époque, le duché de Bretagne envisage un moment une union avec l'Autriche pour éviter son occupation militaire par son voisin français. Longtemps après, Nazairiens et Guérandais vont continuer à s'affronter à coups de procès. Les Nazairiens arguent qu'ils assurent eux-mêmes leur défense et que la ville fortifiée de Guérande est trop éloignée pour qu'ils y trouvent refuge en cas d'attaque ennemie. 

Magasin nazairien «A la Duchesse de Bretagne»           

Duchesse Anne mag SN 1912.jpg

David Silvestre a retrouvé une carte postale publicitaire des années 1910 du magasin «A la Duchesse Anne». Ce magasin, situé au 22 rue Villes Martin, pratiquement en face du Grand Café, était très prisé des Nazairiens jusqu'à sa destruction par les bombardements de 1943. On peut aussi remarquer au passage que jusqu'à une époque récente on parlait plus de «la Duchesse Anne» que «d'Anne de Bretagne». Cette dernière appellation peut être comprise d'une manière quelque peu ambiguë car elle ne signifie pas la souveraine mais la femme d'un souverain en l’occurrence de deux rois de France successifs. Si pour les historiens c'est compris ainsi, il n'en est pas de même pour le peuple breton qui dans «Anne de Bretagne» et sa forme bretonne «Anna Vreizh» / «Anna Breizh» il reconnaît la dernière souveraine de l'Etat breton.

 

Mag duchesse anne.jpg

Galathea à Herbins met à l'honneur Anna Vreizh 

Le nouvel EPAD d'Herbins «Galathea», qui a fait un gros travail dans sa signalétique bilingue breton/français à la demande son directeur Ludovic Le Merrer, a naturellement à coté du salon Nominoe, 1er roi de Bretagne, une salle d'activité au nom de la dernière souveraine de la nation bretonne, Anna Vreizh. Un exemple à suivre par nos édiles...                 

ehpad anna vreizh.JPG