Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2013

Années 70, l'identité bretonne mise à l'honneur par la Navale nazairienne

Esso BZH.jpg

Les Chantiers de l'Atlantique ont perdu beaucoup de leur identité depuis les années 2000 avec leur prise de contrôle par Aker puis STX. En 30 ans, le départ en retraite de générations d'ingénieurs, techniciens et ouvriers a aussi participé à la perte de cette «culture bateau» comme on dit du côté de Penhoet. Dans les années 1970, il n'était pas rare de voir l'identité bretonne des chantiers nazairiens mise en valeur à travers des navires avec la bénédiction de certains armateurs comme en 1971 et en 1974 avec l'ESSO Bretagne ou l'Iseult. Dans les années 50-60, le maire de Sant-Nazer François Blancho incitait aussi la direction des chantiers à faire intervenir le bagad ou le cercle celtique de la cité navale lors de cérémonies de départ de nombre de navires construits à Penhoet.

 Produit en Bretagne avant l'heure

3271.jpg

Sur cette plaquette on remarque que la langue bretonne a une place de choix.

3269.jpg

 

Les plaquettes confectionnées pour les baptêmes des navires étaient un bon support de communication pour les armateurs et les Chantiers de l'Atlantique. L'illustrateur en était le Nantais Charles Homualk ancien élèves des Beaux Arts de Nantes qui avec la fin des cartes postales dessinées dans les années 1960 était rentré aux chantiers nazariens. Ce fervent défenseur de la culture bretonne ne perdait jamais une occasion pour mettre en valeur la Bretagne avec la bénédiction de sa direction. Cela mérite d'être signalé car il y a 40 ans cela n'allait pas de soit dans la majorité des grandes entreprises des cinq départements bretons.  

Iseult 01.jpg 

Iseult 03.jpg

Esso Bretagne 71.jpg

Collection Hubert Chémereau Sant-Nazer Brittany