Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2011

Britanniques et Bretons saluent les héros de l'Opération Chariot

Un grand moment d'émotion entre Britanniques et Bretons venus rendre hommage aux commandos et marins de l'Opération Chariot tombés pour la liberté le 28 mars 1942. A la fin de la cérémonie, le jeune commandant de la frégate Campbeltown, Keri Harris, a serré dans ses mains un Gwenn ha Du avec une grande émotion en prononçant cette phrase « It's great ! » (c'est grand - dans le sens c'est fort). Il a pu dire aux Nazairiens qui l'interrogeaient sur son geste, qu'il était très reconnaissant pour l'amitié manifestée par les Bretons et l'importance de la présence du drapeau breton à cette cérémonie. L'Irlandais Corran Purdon, l'un des trois survivants présents, salua chaleureusement comme des «frères celtes» les Nazairiens du CREDIB que son compatriote James Dorrian http://chariot-heroes.blogspot.com/ avait tenu à lui présenter.

Chariot 2011 030.JPG

Alors que l'ensemble des Britanniques et des Irlandais présents ont manifesté leur plaisir de voir des « Breton flags » en l'honneur des braves de l'Opération Chariot, Joël Batteux, le maire de Saint-Nazaire, demandait au protocole de faire dégager les Gwenn ha Du. Les porteurs des couleurs bretonnes et interceltiques ont refusé ce diktat en répondant courtoisement qu'ils étaient là pour la mémoire des courageux soldats venus des Iles britanniques défendre notre liberté au sacrifice de leur vie. Un ancien combattant de l'armée française à la fibre bretonne trouva tout naturel que le Gwenn ha Du soit présent en bonne place à cet hommage. La vue d'un drapeau breton aux côtés des marins du Campbeltown n'a nullement dérangé ces derniers, bien au contraire. L'accompagnement musical breton de la cérémonie fut aussi très apprécié par l'assistance.

Chariot 2011 029.JPG

Il est de tradition en fin de cérémonie de saluer les porteurs de drapeaux. Alors que les porteurs des couleurs bretonnes et interceltiques étaient salués par l'attaché de l'ambassade de Grande-Bretagne et le commandant du Campbeltown, J. Batteux et le sous-préfet les ignoraient superbement...

commando 1942 2011.JPG

Il y a 69 ans

Les commandos du Colonel Newman se ruent sur le quai, à partir du HMS Campbeltown, sous les feux nourris de l'ennemi.

Ils ne cherchent plus aucune gloire,car ils sont tous morts. Ils reposent dans un cimetière de La Baule, à environ 15 km du lieu où ils sont morts. Un vent salé souffle au dessus d'eux. Ils ne sont pas tous enterrés là, car on ne les a pas tous retrouvés. Ils n'ont pas pu tous être identifiés lorsqu'on les a retrouvés. Des balles de Luger et de Schmeizer, des obus incendiaires tirés sur les espaces découverts, le carburant en feu et l'explosion complète pour finir avaient rendu certains corps impossibles à identifier. Pendant les jours suivants, beaucoup furent récupérés au fil des flux, reflux et courants de l'estuaire. Les tatouages sur la peau humaine sont habituellement trop discrets pour fournir nom et adresse. " I love Glad " n'en dit pas long. La bataille où ils sont morts était d'une envergure relativement petite. Mais elle fut réussie et coûta cher. Ce fut un épisode bref, sanglant, sauvage, de flammes et d'explosions, qui surgit par une douce matinée de mars. C'était çà, le raid sur St.Nazaire.

Lieutenant Colonel Stuart Chant Sempill OBE MC, 1956

Les commentaires sont fermés.