Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2010

La période de la Reconstruction dans un roman

Il y a 65 ans, le cœur des trois grands ports bretons : Brest, Saint-Nazaire et Lorient, recommençait à battre. La Reconstruction de ces villes allait être fortement marquée par la solidarité ouvrière et une vie collective très intense. En juillet 1945, lors de la visite des ports bretons par le général de Gaulle, qui se boucle à Sant-Nazer, le commentateur des actualités déclare : "dans cette Bretagne tenace" en référence à la volonté des Nazairiens de reconstruire leur ville. voir archives INA:

http://www.ina.fr/fresques/ouest-en-memoire/Html/Principa...

 

Jules des chantiers_HD.JPG

Ce roman illustré nous transporte dans l'atmosphère des années de la Reconstruction en Bretagne à travers la vie quotidienne du petit Jules à Penhoet, quartier ouvrier de Saint-Nazaire. Son père y tient un bistrot, tout en travaillant aux chantiers navals. Frédérique Jacquet évite de tomber dans les travers de la nostalgie en travaillant sur une mémoire intimement liée au monde de la navale et fortement influencée par la Brière toute proche. On sent la profession d'archiviste de l'auteur à travers « Le monde de Jules », imaginaire nazairien où la Grand-mère, la plus grande grue navale du monde ferraillée en 1996, côtoie une compilation d'expressions souvent issues du breton, comme la célèbre cariquelle, la petite remorque, emblématique de l'univers du prolo nazairien, passé maître dans la récupération, dans une ville dont il participa activement à la renaissance. On découvre là avec force cette "bretonnité ouvrière" que le sociologue nantais Jean-Paul Molinari avait décrite pour parler des métallos nazairiens. L'illustrateur, Sébastien Vassant, contribue à la réussite de ce livre pour toutes générations, avec un réalisme dans le dessin qui nous transporte dans ces années 50, où la rudesse de la vie quotidienne était adoucie par la solidarité ouvrière et la force des liens familiaux et amicaux.     Hubert Chémereau

critique publiée dans Le Peuple Breton de janvier 2010


Jules des chantiers baraques.jpg

La célèbre cariquelle qui vient du mot breton karriguel et les baraques

qui marquèrent le paysage nazairien jusque dans les années 1960

La lecture de ce livre est aussi une bonne occasion de revisiter le Saint-Nazaire des années 1950, dont l'harmonie architecturale a été quelque peu bouleversée ces dernières années par la spéculation immobilière, avec des réalisations qui ne brillent pas vraiment sur le plan esthétique et encore moins sur le plan de l'originalité architecturale.

Commentaires

Dans la rubrique "Les pavés dans la loire" M Plouf écrit dans Ouets-France Nantes :De Gaulle en Bretagne
Alors que les ports de St-Malo, Brest, Lorient et St-Nazaire, s'apprêtent à commémorer les 65 ans de leur re­construction, un amateur d'archives nous signale un film visible sur le site de l'Ina. Le général de Gaulle en Bre­tagne titre le petit film qui s'achève par l'étape nazairienne. Une fois de plus, dans cette Bretagne te­nace... affirme le commentateur sur les images des ruines de Saint­Nazaire. Quelques années plus tard, c'est le président Auriol qui vient à Nantes, « décorer la grande cité bre­tonne de la légion d'honneur ». À l'époque, il n'était pas de bon ton de se référer au découpage de la Bre­tagne réalisé quelques années plus tôt par le maréchal Pétain. AWEN

Écrit par : Awen | 22/01/2010

Les commentaires sont fermés.