Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2009

"La Brière", un roman breton

« La Brière »

Dans le numéro d'octobre 2009 du journal municipal Saint-Nazaire Magazine on découvre une perle de belle taille dans sa rubrique livre à propos de la réédition du roman « La Brière » de Alphonse de Chateaubriant (Éditeur Grasset). On ne sait pas si elle est l'œuvre de la rédaction du magazine de la mairie ou extraite d'une note de l'éditeur (on n'en trouve pas trace dans la 4e de couverture). On se frotte les yeux en lisant : «  Pour décrire les passions qui hantent ces paysans briérons isolés du monde moderne et la nature du bocage vendéen, son territoire d'origine ». Les Briérons de Sant-Nazer apprécieront...

L'auteur de cette affirmation ne semble pas avoir lu ce roman où les allusions au monde maritime sont pourtant nombreuses et méconnaît totalement l'histoire de la Brière et ses habitants qui ont été durant des siècles des marins réputés qui ont parcouru en tous sens les 7 mers du Monde. Parler de « paysans » pour les Briérons de l'époque du roman à savoir le début du 20 e siècle est une bêtise absolue. Comme le dit avec justesse le géographe nazairien, André Daniel : « C'est l'étroitesse de leurs iles qui a lancé les Briérons sur les mers, avec les autres Bretons ». Après avoir été marins, charpentiers de marine, coupeurs de mottes et de roseaux, chasseurs, pécheurs ou petits éleveurs, ils devenaient avec la Révolution Industrielle : traceurs de coques, riveurs, chaudronniers, dessinateurs, ouvriers aux Forges de Trignac voir dockers.

Brière Leon Poirier.jpg

Le roman a été adapté au cinéma en 1925

La mention du bocage vendéen est une énigme car ce territoire du Bas-Poitou est fort éloigné de la Grande Brière, et de plus, il est séparé au sud de la Bretagne par le Marais Breton. A moins que ce ne soit qu'une manière détournée de nier le caractère breton de la Brière.

Au cœur de l'intrigue du roman de Alphonse de Chateaubriant on découvre la volonté farouche des Briérons pour garder leurs coutumes et leurs droits ancestraux. La note de lecture parle de la recherche « d' un décret royal perdu depuis des siècles ». Là encore on a la désagréable impression que le rédacteur de ces lignes tente d'occulter l'identité bretonne de la Brière. Dans le roman, les choses sont pourtant limpides avec des Briérons qui mettent en avant leurs droits ancestraux sur leur marais obtenus en 1461, sous le règne du duc de Bretagne François II. Faut-il rappeler que le statut indivis de la Brière est directement issu du droit breton. Dans son film sorti en 1925, le cinéaste Léon Poirier ne s'y est d'ailleurs pas trompé en créant des effets spéciaux où les spectateurs découvraient avec émerveillement l'apparition de la souveraine Anne de Bretagne surgissant des profondeurs noires du marais pour venir en aide aux Briérons.

La publication de cet article dans Saint Nazaire Magazine aura eu au moins le mérite de faire redécouvrir un grand livre qui décrit merveilleusement les paysages de Brière et s'approche au plus près de l'âme briéronne de l'époque. Alphonse de Chateaubriant aurait eu bien du mal à situer la région fantoche des « pays de Loire » dont les tenants ont tendance comme Big Brother à manipuler le passé, pour construire un présent à leur guise!

08:57 Publié dans culture | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

bonjour

je suis à la recherche d'un livre concernant la Brière, la légende voulant que 5 familles issues de bagnards se sont installées en Brière mais es-ce réellement ce qui s'est passé où trouver un livre relatant la vie en Brière depuis des siècles pour ma cousine qui a 86 ans

merci par avance pour votre réponse

salutations

qUATREVILLE6eLIE j.

Écrit par : quatreville | 03/06/2011

Cela tient de la légende - aucun élément sérieux ne vient accréditer cette thèse. Les marais ont toujours eu leur part de mystère et la Brière en particulier d'où ce genre d'histoire sans fondement.

Écrit par : CREDIB | 03/06/2011

Bonjour

un ami nantais me signale ceci

"Il s'agit bien du texte d'origine en quatrième de couverture de cet ouvrage (l'édition que je possède date des années 80).

L'erreur est donc à la source, et a été recopiée par quelqu'un de... consciencieux mais pas très cultivé.

L'origine de cette méprise est certainement à rechercher du côté des guerres de Vendée.
"

Écrit par : Tugdual | 08/06/2011

Les commentaires sont fermés.