Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2009

Port de Comillas

Comillas port.jpg

Un bateau à la fin du 19e siècle chargeant du minerai dans le port de Comillas. Les mines d’Udias qui fournissaient les minerais de zinc et de plomb sont situées à moins de 12 km du port de Comillas. A l’apogée de l’exploitation dans les années 1860 on compta jusqu’à 450 mineurs. En 1856-57 le port de Comillas fut aménagé et creusé pour accueillir goélettes et vapeurs venus en particulier de Bretagne. La présence de beaucoup de mines dans cette région limitrophe des Asturies amena une population rurale et maritime vers les traditions ouvrières comme à la même époque dans le pays nazairien, avec les chantiers navals et les Forges de Trignac.

 

Comillas port plage.jpg

Le port de Comillas comme le découvrirent les marins bretons de la Marie Félix

13:56 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (12)

Commentaires

J'ai pas connu l'installation de la photo. Je suis né à Comillas en 1931. mon grand père me parlait des "navires" françaises de trois mats qui venaient charger le minèral. J'ai pas connu l'installation de la photo (vénérable relique) mais une autre a mon époque et à l'abandon consistant en une extructure en fer au dessus du petit quai y surplombant les flots; des wagonets pourrissaient en retrait du port. Non loin de Comillas une petite rivière il y a la "fontaine des français" et "l'excoria" ou les petits bateaux de l'époque se délestaient des restes du charbon non brûlé et les marins s'approvisionnaient en eau. Un peu plus loin il y a la plage de Oyambre. l'oiseau Jaune atterrissait a son retour de premier vol français traversant l'atlantique Un monument commémoratif il est en train de disparaître. Dans la plage a marée basse il a des restes de une quille dont personne n'a le souvenir. Dans le village il y encore des nom de famille vraiment français héritage du personnel français venu aux mines et autres Par exemple mon épouse porte le nom Piney (voir département de l' Aube) et autres Dubreuil etc

Écrit par : MODRONO Miguel | 06/12/2009

Cher ami de Comillas, un grand merci pour vos informations.

Le CREDIB est à la recherche d'informations sur un thonier breton le Sant -Kaourintin qui a coulé à l'entrée du port de Comillas en octobre 1966. Il a été dit qu'il devait faire un peu de contrebande pour se retrouver à cet endroit de la cote qui est réputé être assez dangereux. Lors du naufrage il y avait un mariage près du port : les convives en voyant la catastrophe se sont précipités à la cote pour sauver les marins bretons. Durant plusieurs années les Bretons revenaient pour remercier les Comillanos pour leur avoir sauvé la vie. Des boules en verre des filets du Sant -Kaourintin étaient il y a encore quelques années toujours sur les murs d'une discothèque locale "Las Ruedas".
 Inscription maritime Dz 3674.. Sant Kaourintin est construit en 1945 à Douarnenez pour l’armement Eugène Jacquin et consorts. Le navire fait 18,01 m, 5,96 m de large et 2,55 m de hauteur. Jauge brute 49,62 tx, moteur Sulzer 120 cv.
Il est à Morgat vers 1959. Thonier à coque blanche au listel bordeaux ou marron, passerelle bleue, roof, plat bord bleus, mâts jaune et bleu et perches entièrement blanches. Saint Corentin (Sant Kaourintin en breton) fut le premier évêque de Quimper. Il est fêté le 12 décembre (Calendrier des saints bretons).

Comillas était aussi une des étapes du chemin côtier de Compostelle fréquenté par les Bretons: sur un air breton le groupe de folk Garma a fait une chanson sur un "Markiz" breton qui cheminant vers Santiago compte fleurette à une Cantabre...

Écrit par : CREDIB | 06/12/2009

Je reviens au bateau qui en 1966 a échoué derrière le port de Comillas donc la
"barra" (barrière de rochers) est dangereuse et difficile. J'ai pas vu le bateau mais j'aurais quelques renseignements en plus. Et en autre je pourrais en recueillir davantage. Si vous voulez pasez-moi un e-mail et je vous donnerai mon N° telephone. Je me trouve en region parisienne depuis 50 ans. Je me ferait envoyer une photo de la quille, assez importante, visible en marée basse (plus maintenant) pour si vous arriveriez a en savoir davantage

Écrit par : MODRONO Miguel | 05/01/2010

Cher monsieur, vos informations sont les bienvenues. E-mail pour nous contacter hubzh@cegetel.net

Écrit par : CREDIB | 05/01/2010

Je vous en remercie de votre amitié-confiante. Hier je m'interdisait de ajouter en "publique" dans le cas du au bateau de 1966, car selon les dires les matelots ils seraient pris de boisson. Il ne serait pas trop difficile de trouver les intervenantes du sauvetage, et le contrebande ne me parait crédible, quoique il a eu parfois par exemple quelques transports clandestins dans les bateaux de pêche par exemple un moteur de rechange pour camion (véridique) dans des autres occasions. J'ai de la famille à Comillas et je vais connaître si les intervenantes -du coté espagnol y son encore ou de tres proches donc le récit serait le plus exact. J'ai été agreablement surpris que a la fin du chapitre HISTOIRE je trouve que à St Nazaire il y a (existe encore) la rue de Santander capital de la actuel CANTABRIA département connu autrefois comme Santander. Cela indique que il a eu des liens très anciens et fortes avec vous peut-être à l'époque vos bateaux fréquentaient, Santander Laredo et Castro-Urdiales..????? A bien tôt j'espere

Écrit par : MODRONO Miguel | 06/01/2010

Nous sommes preneurs d'informations sur l'histoire du thonier Kaourintin (Corentin) .
Au Moyen Age les navires bretons, en particulier des ports de l'estuaire de la Loire, fréquentaient les ports cantabres.
Il y eu une autre période riche d'échanges à partir des années 1880 avec les lignes vers l'Amérique Centrale et les Caraïbes.
Le CREDIB recherche des informations sur le paquebot Cristobal Colon qui fit escale en aout 1936 dans le port de Saint-Nazaire où il chargea des armes pour la République Espagnole. Il réussit à déjouer le blocus de la marine franquiste et arriva le 25 aout à Santander. Il serait intéressant de savoir comment la presse de Santander à l'époque relata cette histoire.
Dans un article de novembre 2008 nous rappelons les liens avec le port cantabre du temps des lignes transatlantiques. Nous cherchons des témoignages sur cette période.
http://credibsantnazer.hautetfort.com/archive/2008/11/index.html

Écrit par : CREDIB | 08/01/2010

Si vous le voulez j'aimerai que lorsque j'ai pas de vrais nouvelles brève tout ce ce qui ne révèle pas une nouvelle, vous me contacterez directement chez moi. Car je vous demande aujourd'hui de me préciser si possible si vous préfériez d'agir vous directement, comme entité concerné et je pense que vous seriez bien écoutés que passer par un particulier (moi ou un autre) peut-être aussi bien servi que vous. Car il y a une filière très importante; les services officiels de la marine. donc je vous donnerait des adresses; pour ce qui est de recueillir de temoignages pour le moment je le fait à travers des miens et c'est passablement plus long, mais je ne suis pas du tout mécontent d'y contribuer a recomposer votre tradition. Et je vous comprend très bien car chez nous aussi on est très demandeurs de connaître la "biographie" de notre village .Je crois que ce courrier n'apporte pas grande chose aux lecteurs, à part que vous vous y enterèsiez bien a votre passé Sincères salutations M.M.

Écrit par : MODRONO Miguel | 17/01/2010

Cher ami vous avez notre e-mail pour nous envoyer votre tel et mail

Écrit par : CREDIB | 18/01/2010

Bien d'accord

Écrit par : MODRONO Miguel | 25/01/2010

j'aimerai avoir 1 contact avec Mr MODRONO Miguel à bientot àprès tant d'années

Écrit par : gassot chantal | 12/03/2013

je l'ai écrit à bientot

Écrit par : gassot chantal | 12/03/2013

à bientot j'espère ,,,chantal gassot

Écrit par : gassot chantal | 12/03/2013

Les commentaires sont fermés.