Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2016

Les Prizioù en différé à St Marc au Hu 'Lo

 

Comme chaque année les prix de la langue bretonne "ar prizioù" ont été remis dans une ville différente. Pour 2016 c'était à Plougastel-Daoulas. La cérémonie aurait dû avoir lieu à Sant-Nazer mais la direction générale de France-Télévisions s'y est opposée au prétexte des élections régionales qui avaient lieu début décembre 2015 ( propos de la vice-présidente en charge des langues de Bretagne à la Région administrative Bretagne).

Bien sûr la candidature de Sant-Nazer / Saint-Nazaire sera à nouveau présentée l'an prochain mais il faudra beaucoup de motivation pour vaincre les réticences même si la direction de France-Télévisions a changé entre temps.

Hu lo 2016.JPG

 

 

02/11/2014

La Duchesse Anne et Sant-Nazer/Saint-Nazaire

Le nom de la dernière souveraine de Bretagne reste très attaché à la cité navale. Il faut savoir que la vicomté de Saint-Nazaire a été créée en 1423 par le démembrement de la vicomté de Donges. On découvre au fil de la consultation des archives conservées au Centre de Documentation de la Ville des documents anciens allant du 15e au 18 e siècle. A l'image de la dernière souveraine des Bretons on découvre des femmes de caractère comme ces vicomtesses qui ne s'en laissent pas compter. Le droits breton (contrairement au droit français) qui sera supprimé par la Révolution bourgeoise de 1789 donnait des droits égaux aux femmes nobles dans la transmission des biens et du pouvoir.

Une charte de Maximilien d'Autriche et de la Duchesse de Bretagne

Anne_EE01_02_001_L.JPG

Le système complexe de l'organisation du territoire nazairien, qui englobe alors une partie de la future commune de Pornichet, est très représentatif de l'organisation humaine de la Bretagne d'alors avec le recteur, le Général de paroisse et les frairies. Dans les archives on découvre le conflit qui a longtemps opposé Saint-Nazaire et Guérande concernant le refus de la paroisse nazairienne de participer aux frais de réparation des fortifications des remparts guérandais. Parmi les documents sauvegardés, la charte du duc de Bretagne Pierre II datant de 1454, entérinant l’exonération de Saint-Nazaire. Anne de Bretagne va conforter les Nazairiens dans leurs droits en 1489 et 1491 par des chartes dont celle, en date du 16 avril 1491, signée par « Maximilian et Anne, par la grâce de Dieu, roi et reine des Romains, ducs de Bretagne, etc. ». À l’époque, le duché de Bretagne envisage un moment une union avec l'Autriche pour éviter son occupation militaire par son voisin français. Longtemps après, Nazairiens et Guérandais vont continuer à s'affronter à coups de procès. Les Nazairiens arguent qu'ils assurent eux-mêmes leur défense et que la ville fortifiée de Guérande est trop éloignée pour qu'ils y trouvent refuge en cas d'attaque ennemie. 

Magasin nazairien «A la Duchesse de Bretagne»           

Duchesse Anne mag SN 1912.jpg

David Silvestre a retrouvé une carte postale publicitaire des années 1910 du magasin «A la Duchesse Anne». Ce magasin, situé au 22 rue Villes Martin, pratiquement en face du Grand Café, était très prisé des Nazairiens jusqu'à sa destruction par les bombardements de 1943. On peut aussi remarquer au passage que jusqu'à une époque récente on parlait plus de «la Duchesse Anne» que «d'Anne de Bretagne». Cette dernière appellation peut être comprise d'une manière quelque peu ambiguë car elle ne signifie pas la souveraine mais la femme d'un souverain en l’occurrence de deux rois de France successifs. Si pour les historiens c'est compris ainsi, il n'en est pas de même pour le peuple breton qui dans «Anne de Bretagne» et sa forme bretonne «Anna Vreizh» / «Anna Breizh» il reconnaît la dernière souveraine de l'Etat breton.

 

Mag duchesse anne.jpg

Galathea à Herbins met à l'honneur Anna Vreizh 

Le nouvel EPAD d'Herbins «Galathea», qui a fait un gros travail dans sa signalétique bilingue breton/français à la demande son directeur Ludovic Le Merrer, a naturellement à coté du salon Nominoe, 1er roi de Bretagne, une salle d'activité au nom de la dernière souveraine de la nation bretonne, Anna Vreizh. Un exemple à suivre par nos édiles...                 

ehpad anna vreizh.JPG

08/12/2013

Années 70, l'identité bretonne mise à l'honneur par la Navale nazairienne

Esso BZH.jpg

Les Chantiers de l'Atlantique ont perdu beaucoup de leur identité depuis les années 2000 avec leur prise de contrôle par Aker puis STX. En 30 ans, le départ en retraite de générations d'ingénieurs, techniciens et ouvriers a aussi participé à la perte de cette «culture bateau» comme on dit du côté de Penhoet. Dans les années 1970, il n'était pas rare de voir l'identité bretonne des chantiers nazairiens mise en valeur à travers des navires avec la bénédiction de certains armateurs comme en 1971 et en 1974 avec l'ESSO Bretagne ou l'Iseult. Dans les années 50-60, le maire de Sant-Nazer François Blancho incitait aussi la direction des chantiers à faire intervenir le bagad ou le cercle celtique de la cité navale lors de cérémonies de départ de nombre de navires construits à Penhoet.

 Produit en Bretagne avant l'heure

3271.jpg

Sur cette plaquette on remarque que la langue bretonne a une place de choix.

3269.jpg

 

Les plaquettes confectionnées pour les baptêmes des navires étaient un bon support de communication pour les armateurs et les Chantiers de l'Atlantique. L'illustrateur en était le Nantais Charles Homualk ancien élèves des Beaux Arts de Nantes qui avec la fin des cartes postales dessinées dans les années 1960 était rentré aux chantiers nazariens. Ce fervent défenseur de la culture bretonne ne perdait jamais une occasion pour mettre en valeur la Bretagne avec la bénédiction de sa direction. Cela mérite d'être signalé car il y a 40 ans cela n'allait pas de soit dans la majorité des grandes entreprises des cinq départements bretons.  

Iseult 01.jpg 

Iseult 03.jpg

Esso Bretagne 71.jpg

Collection Hubert Chémereau Sant-Nazer Brittany